Rapport BTSA ACSE

Consignes pour la partie écrite du rapport de stage 

Il est rappelé que les étudiants doivent obligatoirement effectuer un stage d’une durée minimum de 8 semaines dans une exploitation agricole.
Il convient de préciser aux candidats que les dates de stage doivent être indiquées sur la première page du rapport et que le nom de l’établissement ne doit pas y être mentionné. Il est rappelé qu’il n’y a pas de contraintes concernant la nature de l’exploitation agricole.
Il est évident que ni les stages en organismes ni leur compte rendu ne peuvent être pris en compte pour l’épreuve du rapport de stage.
♦ le rapport doit être présenté et rédigé en 80 pages maximum dactylographiées, numérotées, interligne 1,5, annexes comprises plafonnées à 20 pages.
♦ Il doit absolument comprendre un résumé (300 mots ou environ une page), une table des matières paginée et des annexes référencées.
♦ Ainsi qu’une bibliographie normalisée

 

L’analyse technico-économique et financière doit prendre en compte le dernier exercice comptable connu à la fin de la période de stage . Si ce dernier concerne l’année N-2 (N étant l’année de la session de l’examen), une estimation de la situation économique et financière (marges, trésorerie…) de l’année N – 1 doit être réalisée afin que le projet soit construit sur des bases réalistes.
Toutes ces études doivent mettre en relation l’évolution du système d’exploitation et ses résultats avec les critères économiques et financiers.

L’étude d’un projet doit être menée dans cet esprit et bien évidemment tenir compte du contexte, notamment de la PAC, de l’environnement socio-économique, des contraintes de nature environnementale et réglementaire.
L’étude du projet pourra être réalisée même si ce dernier ne paraît pas apporter une amélioration de revenu dans l’immédiat. En d’autre termes, la rentabilité ne peut être le seul critère d’évaluation du projet à condition toutefois qu’il réponde aux objectifs de la famille et que le contexte socio-économique nécessaire à la viabilité soit clairement défini ou envisagé et probable.

 

C1 : CAPACITE A CONSTRUIRE UN RAPPORT CLAIR, LISIBLE, SELON UN PLAN COHERENT ET RESPECTANT LA FORME DEMANDEE ( sur 1 pt)

 

Capacité pleinement atteinte –

– Maîtrise du français et de l’orthographe remarquée
– Le plan et la logique d’exposition sont cohérents
– Un effort particulier a été porté dans la présentation du texte,
des données chiffrées et des annexes
– Le lecteur est guidé dans sa lecture par un sommaire paginé,
des annexes référencées, des titres et des sous titres résumant la progression du raisonnement

C2 : CAPACITE A ETUDIER LE SYSTEME D’EXPLOITATION DANS SON ENSEMBLE ET A FAIRE L’ANALYSE CRITIQUE DE SON FONCTIONNEMENT (sur 2 pts) 

 

L’étude de l’exploitation doit être organisée pour faire apparaître les points forts et les points faibles du système en relation avec les objectifs de l’exploitant. Cela implique une analyse critique des grandes décisions et une description hiérarchisée des facteurs de la production, de la conduite des activités, de la situation économique et financière pour :

* faire apparaître la cohérence du système par rapport aux objectifs de l’exploitant
* induire les évolutions possibles de l’exploitation

Capacité pleinement atteinte –

L’analyse conduite prend en compte l’ensemble du système d’exploitation, les objectifs de l’exploitant, les atouts et les contraintes sont hiérarchisés.
Le projet en découle très logiquement.

 

C3 : CAPACITE A PROPOSER UNE SOLUTION ET A ETUDIER UN PROJET DANS TOUTES SES DIMENSIONS, EN COHÉRENCE AVEC LES PROBLÈMES ET LA SITUATION DE L’EXPLOITATION (sur 3 pts) 

Compte tenu des éléments d’analyse (points forts, points faibles), des particularités de l’environnement (atouts, contraintes) le candidat doit, en se référant aux objectifs de l’exploitant, étudier le système d’exploitation en croisière en le situant dans le futur proche, soit 2 à 3 ans à compter de la clôture du dernier exercice qui sert de

référence à l’analyse.Les choix réalisés doivent être argumentés. Le système futur sera étudié dans ses aspects techniques, économiques et financiers. Si cela s’avère nécessaire, plusieurs évolutions pourront être testées par le calcul économique. Ces évolutions n’impliquent pas obligatoirement une croissance d’ateliers avec des investissements
importants.Au terme de son étude le candidat doit présenter les conditions de l’équilibre financier pour mesurer le degré de risque lié à l’évolution considérée afin, le cas échéant, de reconsidérer avec l’exploitant les objectifs initialement fixés.

 

Capacité pleinement atteinte
– Plusieurs solutions sont étudiées dans le projet et les critères de choix
d’une des solutions sont parfaitement justifiés.
– Tous les outils techniques et économiques utilisés sont parfaitement
maîtrisés. Toutes les hypothèses de calcul sont expliquées et justifiées.
– L’étude de la mise en place du projet est réalisée et permet à l’étudiant de
discuter les hypothèses retenues et le risque du projet.

C4 : CAPACITÉ A DÉCRIRE ET ANALYSER LE JEU DES INTERACTIONS ENTRE L’EXPLOITATION ET SON ENVIRONNEMENT AU SENS LARGE, DANS TOUTES LES COMPOSANTES DE L’ETUDE (sur 2 pts) 

Il s’agit de présenter les éléments de l’environnement (atouts, contraintes) qui expliquent l’orientation du système et/ou qui peuvent déterminer son évolution.

Une étude monographique est donc à exclure. Par contre, les éléments de cette étude peuvent être présentés à différents niveaux du rapport pour, compte tenu d’une logique d’exposition, étayer une démonstration.
Il s’agit donc de situer l’exploitation dans son environnement en soulignant les éléments qui peuvent influencer cette exploitation dans son fonctionnement ou dans ses projets (éléments tels que le milieu naturel, le contexte socio économique, les problèmes humains et culturels, …)
Dans certains cas, le contexte de la petite région doit être dépassé pour prendre en compte les éléments de politique économique et agricole, de la politique de développement rural ainsi que les mesures d’accompagnement qui en découlent et qui peuvent très largement influencer la situation actuelle et future de l’exploitation.
Les éléments d’étude de l’environnement peuvent intervenir à différents niveaux du rapport, au point où il apparaît le plus utile de les introduire pour la logique d’exposition et de démonstration.

 

Capacité pleinement atteinte

– L’analyse de l’environnement valorise très fortement l’étude menée dans l’exploitation et apparaît comme un élément clé du rapport.
– Les capacités d’analyse et de synthèse, manifestés par l’étudiant dans l’étude du contexte, valorisent son étude et/ou permettent de réduire l’impression de fragilité de l’étude conduite dans l’exploitation.

Print Friendly, PDF & Email